Joseph Kessel

Repères biographiques

 

1898. Naissance de Joseph Kessel le 10 février à Carla, en Argentine. Après trois années passées en Amérique du sud, ses parents retournent avec leurs enfants dans leur pays d’origine, la Russie.

1908. Les Kessel s’installent définitivement en France pour fuir les persécutions antisémites dont ils sont victimes en Russie.

1914-18. A 16 ans, Kessel est trop jeune pour partir au front, mais il est bénévole dans un hôpital de Nice, fait sa première expérience de journaliste au Journal des débats, puis s’engage dans l’aviation en tant que volontaire.

1922. Après la guerre, il débute sa carrière de grand reporter et compose un recueil de nouvelles, La Steppe rouge, remarqué par Gaston Gallimard.

1923. Kessel publie L’Equipage, son premier grand succès, inspiré par son expérience dans l’aviation naissante lors de la Première Guerre mondiale.

1928. Jugé sulfureux, son roman Belle de jour crée la polémique. Il sera adapté au cinéma en 1967 par Luis Buñuel avec Catherine Deneuve.

1936. Kessel s’inquiète de la montée du nazisme qu’il décrit notamment dans La Passante du Sans-Souci, roman adapté au cinéma en 1982 par Jacques Rouffio avec Romy Schneider.

1939-45. Kessel s’engage dans la Résistance, notamment dans l’aviation. Il écrit les paroles du Chant des partisans avec son neveu Maurice Druon et publie L’Armée des ombres, roman adapté au cinéma en 1969 par Jean-Pierre Melville avec Lino Ventura.

1958. Après la Seconde Guerre mondiale, Kessel reprend son activité de grand reporter. Son expérience africaine lui inspire Le Lion, son plus grand succès à ce jour (plus de 5 millions d’exemplaires vendus à travers le monde).

1962. Déjà médaillé de la Croix de guerre de 14-18 et de celle de 39-45, Grand officier de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, Kessel est élu à l’Académie française en 1962. Juif et Russe de naissance, il tire une grande fierté de cette reconnaissance par son pays d’adoption.

1967. Kessel ne cesse de voyager. Un énième passage par l’Afghanistan lui inspire son dernier grand roman Les Cavaliers, adapté au cinéma en 1971 par John Frankenheimer avec Omar Sharif.

1979. Joseph Kessel décède le 23 juillet à l’âge de 81 ans. Il est enterré au cimetière Montparnasse.

Bibliographie succincte

 

Romans

L’Équipage, Gallimard, 1923

Les Captifs, Gallimard, 1926

Nuits de Princes, Gallimard, 1927

Belle de jour, Gallimard, 1928

Fortune carrée, Editions de France, 1932

La Passante du Sans-Soucis, Gallimard, 1936

L’Armée des ombres, Charlot, 1943

Le Tour du malheur, (4 vol.), Gallimard, 1950

Le Lion, Gallimard, 1958

Les Mains du miracle, Gallimard, 1960

Les Cavaliers, Gallimard, 1967

 

Nouvelles

La Steppe rouge, Paris, Gallimard, 1922

Mary de Cork, Paris, Gallimard, 1925

 

Conte

Le Petit âne blanc, Paris, Gallimard, 1973

 

Biographie

Mermoz, Paris, Gallimard, 1938

 

Reportages

Chez les Sinn-Feiners. L’Irlande révolutionnaire, in La Liberté, 1920

Les Courriers du bled, in Gringoire, 1929

Marchés d’esclaves, in Le Matin, 1930

L’Allemagne vue des bas-fonds, in Le Matin, 1932

Les Francs-tireurs de Barcelone, in Le Matin, 1934

Le Procès du Maréchal Pétain, Le Jugement dernier, in France-Soir, 1945

Nuits de terreur au pays des Mau-Mau, in France-Soir, 1953

Les derniers pionniers de la grande aventure, in France-Soir, 1954

Les secrets de la vallée des rubis, in France-Soir, 1955

J’ai fait tourner les fils de Gengis Khan, in France-Soir, 1957

Le Procès Eichmann, in France-Soir, 1961

Récit

Première Guerre mondiale, Amok, 2017

Pour en savoir plus sur Joseph KESSEL, cliquer ici.